Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendez-vous 2022

Le prochain COMAC (comité d'action) aura lieu le lundi 05 décembre 2022 à 19 heures, dans la salle du rez-de-chaussée de la Maison des Associations, rue Jean Moulin, à Charleville-Mézières (en face de la place de Mohon).

C'est ouvert à tous !!

PUBLICATIONS D'ATTAC FRANCE

- Les Possibles, la revue éditée à l’initiative du Conseil scientifique d’Attac

- Lignes d'ATTACle trimestriel de l’association

- livres

- petites fiches

petits guides

- notes et rapports

1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:51

Par Michel HUSSON

Le 18 mai 2017, le Parlement grec a voté à une courte majorité (les députés de Syriza et ANEL: soit 153 députés sur 300) un nouveau train de mesures d’austérité qui couvre la période 2018-2021. En réalité, il s’agit de la transposition d’un volumineux document de 941 pages préparé par les créanciers et de la mise en musique de «l’accord» conclu avec la Commission européenne le 2 mai. Le document préparatoire, le Draft Preliminary Agreement [1] (que le site Keep Talking Greece a fait fuiter) donne un aperçu de l’étendue des champs couverts. La Grèce n’est plus une démocratie: ce sont les créanciers qui rédigent les lois...

La suite ici

Partager cet article
Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 23:50

Chaque année, les multinationales dépensent des milliards d’euros pour se payer les services d’agences de communication afin de nous vendre une image sublimée de leurs produits, de cabinets d’affaires afin de cacher leurs profits dans les paradis fiscaux et de lobbyistes qui murmurent à l’oreille des gouvernants afin de bloquer toute législation qui ne leur serait pas favorable.

Nous, nous avons besoin d’une somme bien plus modeste, qui nous permettra de continuer à les traquer sans relâche, montrer leur vrai visage et dénoncer l’évasion fiscale ! Si, grâce à vous, nous atteignons 50 000 € de contributions à cette campagne contre l’évasion fiscale :

  • nous pourrons diffuser des centaines de milliers de tracts, autocollants et Petits guides pour en finir avec l’évasion fiscale , produire des vidéos… ;
  • nos militant·e·s pourront poursuivre et multiplier les actions « d’opacification fiscale » ;
  • nous ne craindrons pas les prochaines arrestations de forces de l’ordre venues protéger ces multinationales et assumerons plus sereinement les poursuites judiciaires.
50 000 € c’est très peu pour une multinationale, mais pour nous ça veut dire beaucoup

Faites un don ici

Partager cet article
Repost0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 22:56
Partager cet article
Repost0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 22:40

«  I want my money back  » : c’est la fameuse formule de Margaret Thatcher en 1979 qui réclama et obtint une « ristourne » de la quote-part du Royaume-Uni au budget européen. Aujourd’hui, «  we want our money back  ! » nous demandons que les centaines de milliards d’euros confisqués par l’évasion fiscale, par le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), par une fiscalité trop généreuse à l’égard des plus riches, par l’absence de taxe sur les transactions financières… nous soient restitués ! Et qu’ils servent aux urgences sociales et écologiques, à la réhabilitation des services publics, à la création des dizaines de milliers d’emplois nécessaires à la transition écologique ou encore au respect du droit au logement et à la solidarité internationale..

« L’impôt, qui devrait être vu comme une contribution citoyenne, est discrédité par la fraude et l’évasion auxquelles se livrent les privilégiés et cette injustice fiscale sape les fondements du contrat social  », dénonce Dominique Plihon , porte-parole d’Attac, économiste et coordinateur du rapport, « Pourtant l’argent est là, accumulé, dissimulé, évadé par les plus riches et les multinationales. Dans le rapport “Rendez l’argent”, nous montrons qu’il est possible de récupérer chaque année plus de 200 milliards d’euros d’argent public confisqué.  »

«  Rien n’oblige à détruire l’emploi et les droits sociaux, à appauvrir les services publics ou à bloquer le financement de la transition écologique  », affirme Aurélie Trouvé , porte-parole d’Attac, économiste et coordinatrice du rapport, « mais il faut de la volonté politique pour mettre en place une série de mesures pour récupérer cet argent : cela passe par la lutte contre l’évasion fiscale, la taxation des transactions financières, une réforme fiscale visant une plus juste distribution des revenus et des richesses ou encore l’arrêt des grands projets inutiles et la suppression des subventions aux énergies fossiles. »

Le rapport ici

Partager cet article
Repost0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 22:35

PAR OXFAM

Le monde des paradis fiscaux est encore trouble et entouré de mystères. Actuellement, en Europe, seules les entreprises du secteur bancaire sont obligées de publier les bénéfices réalisés et les impôts payés dans chaque pays d’implantation, y compris les paradis fiscaux. Cette obligation, connue sous le nom de « reporting pays par pays public », est la conséquence des mesures prises au lendemain de la crise financière avec pour objectif de rendre les banques plus transparentes et redevables de leurs activités vis-à-vis des citoyens.

Depuis 2015, toutes les banques installées dans l’Union européenne rendent donc des comptes sur leurs opérations dans le monde entier. Le présent rapport est le résultat d’une recherche inédite menée par Oxfam, exploitant pour la première fois et analysant en profondeur ces informations. Il expose l’ampleur du recours aux paradis fiscaux par les 20 plus grandes banques de l’Union Européenne.

Les paradis fiscaux favorisent notamment le transfert de bénéfices, une pratique de longue date des entreprises multinationales, y compris des banques, qui consiste à déplacer artificiellement leurs bénéfices dans des pays à fiscalité faible, voire nulle, afin d’échapper à l’impôt. Ce tour de passe-passe comptable bien connu se caractérise par des bénéfices amoindris, voire des pertes, déclarés par les entreprises dans les territoires où elles ont réalisé leur activité économique, avec pour effet et d’y réduire artificiellement leurs contributions fiscales.

LE RAPPORT ICI

Partager cet article
Repost0
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 23:26

Par Basta

Des élus volontaristes pourront-ils, demain, soutenir la relocalisation de l’économie, favoriser les aliments bios et locaux dans les cantines scolaires ou reprendre la main sur la gestion de l’eau ou de l’énergie ? L’accord de libre-échange signé entre l’Union européenne et le Canada – le Ceta – va leur compliquer la tâche en multipliant les contraintes légales. Face à cette menace, des centaines de collectivités locales, communes ou régions dans toute l’Europe, se sont déclarées « zones libres ». Leur résistance s’organise avec l’appui de citoyens et de mouvements.

Lire ici

Partager cet article
Repost0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 23:12

par Vincent Drezet

Un article publié par [Alexandre Delaigue sur le site « francetvinfo.fr »-http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2017/02/20/sans-fraude-fiscale-pas-de-deficit-public.html ] nous a conduit à proposer, avec nos camarades d’Attac, la réponse suivante.

Le raisonnement visant à relativiser, voire nier, qu’un renforcement des moyens, notamment humains, alloués à la lutte contre la fraude fiscale est nécessaire, est au mieux ignorant de certaines réalités, au pire fallacieux et délibérément orienté.

La suite ici

Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 09:55
Partager cet article
Repost0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 22:07

Ce 22 février, les forces de l’ordre ont procédé à l’évacuation du principal campement des Sioux et de leurs alliés qui s’opposaient encore à la construction de l’oléoduc Dakota Access, aux États-Unis.

L’oléoduc Dakota Access doit amener, sur plusieurs centaines de kilomètres, le pétrole de schiste extrait dans le Dakota du Nord vers l’Est des États-Unis.

Une autre bataille importante se déroule autour du financement du projet par plusieurs banques, invitées par les opposants à rompre leurs liens avec Energy Transfer Partners. Les pétitions ont reçu plus de 700 000 signatures. Plusieurs banques européennes sont concernées, dont les françaises BNP Paribas, Société générale, Natixis et le Crédit agricole.

Tout l'article ici

Partager cet article
Repost0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 22:29
Partager cet article
Repost0